L'actualité des concours

PORTAIL SANTE

Fin du concours, fin de la sélection ?

par | 10 juillet 2019

La suppression du concours et la transformation de la PACES en PORTAIL SANTE à la rentrée 2020 seront-ils synonymes d’une moindre sélection à l’entrée des études de santé ?

Comme je l’ai indiqué en décrivant la réforme des études de santé, l’objectif de la nouvelle organisation des études MMOP (Médecine, Maïeutique, Odontologie et Pharmacie) est clairement de multiplier les voies d’accès aux études de santé en permettant à des étudiants inscrits en licence ou en master, quelque soit leur spécialité, de rejoindre les filières MMOP en 2ème ou 3ème année. L’objectif du gouvernement est que ces voies d’accès représentent à terme 40% des étudiants en santé. C’est très ambitieux, mais cela pose de nombreuses difficultés d’organisation dans les facs. Les choses se feront donc très progressivement et la principale voie d’accès aux études MMOP restera la voie post-bac via le PORTAIL SANTE. Et là, même si le concours est remplacé par des épreuves d’admission proches de celles d’une licence ordinaire, la sélection restera importante pour intégrer une 2ème année santé ?

Comment la sélection va-t-elle s’opérer ?

Dans le cadre de la PACES, il y a deux moments importants : le concours de décembre qui opère une première sélection (20% environ des étudiants bifurquent au semestre suivant vers une autre L1) et donne aux étudiants une première indication de classement, puis le concours de mai/juin qui définit le classement final et oriente les étudiants reçus vers les filières MMOP. Dans le cadre du PORTAIL SANTE, ce ne sont plus deux mais trois conditions qu’il faudra satisfaire pour intégrer la 2ème année.

D’abord avoir validé en un an les 60 ECTS de l’année de PORTAIL SANTE, puisque le redoublement ne sera pas possible. Cela veut dire un travail important à fournir tout au long de l’année pour réussir les épreuves en contrôle continu et les partiels de fin de semestre, sur un programme qui sera certainement très proche de celui de la PACES. Deuxième condition : obtenir un moyenne générale supérieure à un certain seuil ou avoir décroché une note « minimale » dans certaines matières. Il faudra donc avoir obtenu de (très) bons résultats tout au long de l’année pour espérer accéder aux études MMOP. Et surtout on pourra avoir validé son année sans pour autant être admis en 2ème année. Troisième condition :  une fois les deux premières conditions remplies, il faudra encore passer une épreuve d’admission qui pourra être écrite et/ou orale, ce qui reste à définir. Comme on le voit, cela restera un parcours du combattant. Une des avancées de la réforme est néanmoins de permettre aux étudiants ayant validé leurs 60 ECTS sans accéder à la deuxième année de bifurquer vers une licence 2 à « mineure santé » et de bénéficier d’une seconde chance de rejoindre la filière MMOP, en fin de L2. Mais là aussi, il y aura sélection.

La suppression du numerus clausus ne devrait-elle pas augmenter le nombre de places disponibles ?

Le numerus clausus, qui définissait au niveau national un nombre maximum de places, disparaît en effet. Dorénavant, chaque faculté fixera un nombre minimum de places défini en fonction des besoins territoriaux. Ce sera le numerus « apertus ». C’est un vrai changement de philosophie. Au lieu de fixer un plafond, on fixe un plancher : ce sera le numerus apertus au minimum. Mais il ne faut pas s’attendre à une augmentation significative des places. Les capacités d’accueil et de formation des facultés sont limitées et il n’est pas prévu de les augmenter dans les prochaines années. Il faudrait trouver également de nouvelles places en stage, et là ce sont les capacités d’accueil des hôpitaux qui sont limitées. Au final, « médecine » continuera d’attirer bien plus de lycéens qu’il n’y aura de places dans les universités. Aujourd’hui, il y a environ de 8 fois plus de candidats en PACES que de places au concours. PORTAIL SANTE et la suppression du numerus clausus ne changeront pas significativement ce rapport.

En quoi la création du Portail Santé change-t-il le stage proposé par Prépas+ durant l’année de terminale ?

On annonce pour cet été le décret qui définira les enseignements du Portail Santé et les modalités d’évaluation. Il faut s’attendre à des changements, mais sans doute pas à une révolution. Les enseignements présents en PACES (physique-chimie

Des enseignements pluridisciplinaires seront proposés pour mieux réorienter les étudiants en échec vers la deuxième année de licence d’une autre filière.

 

Dorine BONTE
Dorine BONTE
Docteur en biologie, enseignant-chercheur à l’Université Paris-Sud, Dorine BONTE est coordinatrice pédagogique des stages Prépas+ Portail Santé.

RECEVEZ LES ACTUS
DE PREPAS+
Réunions d'information, actualités des concours, nouveautés Prépas+ ...

Vos centres d'intérêt :